Dates événement: 
Jeudi, 30 juin, 2016 - 14:00 17:00

 

Madame  Laurence Rossignol, Ministre des familles  de l'enfance et des droits des femmes à l'assemblée générale du CNIDFF, signature d'une nouvelle convention d'objectifs et de moyens

extrait de son discours :

 

Ministre de la famille"..... Au travers de ma présence aujourd'hui, je tiens donc à vous assurer du soutien plein et entier de l'Etat dans la mission que vous exercez au quotidien.

C'est pourquoi nous signerons dans quelques instants une nouvelle convention pluriannuelle d'objectifs et de moyens. Au-delà de la dimension administrative de l'exercice, cette convention est le signe d'une confiance renouvelée de l'Etat envers le CNIDFF qui voit en ce dernier un partenaire clé et un solide opérateur de la mise en oeuvre de la politique des droits des femmes sur le territoire.
Par cette convention, l'Etat confie des missions au CNIDFF, en termes de structuration de l'association et de son réseau, mais elle fixe également un programme d'actions pour les 3 années à venir.
Je tiens à souligner ici que votre action est globale et c'est ce qui en fonde toute sa pertinence, à l'instar de l'action menée par le Gouvernement. Lorsque l'on agit pour l'égalité et pour les droits des femmes, c'est à tous les obstacles que rencontrent les femmes sur leur parcours que nous devons nous attaquer.
Qui plus est : en tant que Ministre chargée à la fois des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, permettez-moi de souligner l'écho que rencontrent nos actions respectives, notamment dans celles que vous menez en faveur du soutien à la parentalité et de l'accès au droit des familles.
Lier familles et droits des femmes est une démarche profondément progressiste lorsqu'il s'agit de porter une vision féministe de la famille et de faire de la politique familiale, un véritable levier d'autonomisation pour les femmes.
Je veux soulager les femmes du poids qui pèse bien trop souvent et de façon bien trop importante sur elles. Les femmes qui élèvent leurs enfants seules, les femmes qui assurent la quasi-totalité des tâches ménagères : ce sont autant de facteurs d'inégalités qui se situent dans la sphère familiale, sans pour autant remettre en cause la volonté des femmes de s'y impliquer. Il s'agit d'un juste équilibre à trouver, celui que le principe d'égalité permet d'atteindre. Je suis profondément attachée à ce que les femmes puissent conserver leur liberté, la possibilité pour elles de devenir mère tout en veillant à leur épanouissement personnel...."